05-05-2018 08:45 - Genève. La Mauritanie devant le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale (CERD) [Vidéo & PhotoReportage]

Genève. La Mauritanie devant le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale (CERD) [Vidéo & PhotoReportage]

Guidumakha.com - Du 30 avril au 2 Mai 2018, le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale (CERD) a examiné le rapport de la Mauritanie au Palais de Wilson à Genève. La journée du 30 avril était réservée spécifiquement à transmettre les questions, doléances et inquiétudes de la société civile aux autorités Mauritaniennes devant le comité.

Le comité a vivement regretté l’absence d’un rapport présenté par la Mauritanie depuis (9) neuf ans. Ce qui laisse entendre, le pouvoir public Mauritanien accorde très peu d’intérêt aux victimes de toute forme de discrimination dans le pays depuis en 2008.

Le comité a remercié et félicite la Mauritanie par un langage diplomatique habituel d’avoir présenté un rapport en 2018, c’est le langage diplomatique que les chargés de missions ne comprennent pas en partant crier « victoire, on a été très bon » alors que c’est archi-faux.

Le rapporteur du comité n’a pas raté du tout l’état Mauritanien, d’ailleurs, ce qui avait poussé la délégation mauritanienne a demandé un temps supplémentaire pour répondre aux questions en suspendant la séance du 1 mai au 2 mai 2018.

L’expert Marc Bossuyt, a recommandé l’officialisation des langues nationales (Poular, Soninké, Wolof) à la hauteur de l’arabe, car, la marginalisation des minorités par une langue est une discrimination. Le groupe Haratine est majoritaire dans le pays, mais, ils sont les grands discriminés en même temps. Le taux de l’esclavage en Mauritanie est le plus élevé au monde.

Les pratiques de l’esclavage sont ancrées dans la tradition et culture des Mauritaniens, il y a des esclaves noirs chez les blancs comme il y a des esclaves noirs chez les noirs. 10 millions de dollars par an ne suffisent pas à l’agence Tadamoun pour répondre aux besoins des déportés de retour et les victimes de l’esclavage.

Le gouvernement Mauritanien a répondu, l’agence Tadamoun a reçu un financement à la hauteur 122 millions de dollars, chaque ménage victime de l’esclavage où un ancien déporté, a reçu une aide à la hauteur de 200 dollars par an, sans compter la construction d’écoles, centres de santé, forage de puits, l’achat de quelques vaches laitières, des charrettes « équipées d’un âne », bicyclettes, tricycles…etc….

C’était tellement maigre, surtout léger comme bilan social, ça ne mérité absolument pas les félicitations de quiconque.

Pour le passif humanitaire, le gouvernement mauritanien défend qu’il a été soldé définitivement, il n’y aura pas de jugement en grosso-modo selon les réclamations des veuves et orphelins. Les cas suivants: Oumar SALL et Mamadou SOW ont été cités par le comité, les familles n’ont aucune nouvelle sur leur disparition forcée.

Le cas de Mohamed Cheikh Ould Moukheitir a été soumis également, le gouvernement a répondu qu’il a commis un « crime », son affaire est pendante devant la justice. Il est en détention administrative dans des très bonnes conditions, reçoit la visite de ses parents et avocat. Nous avons constaté, les représentants de l’état Mauritanien ne font aucune différence entre un délit et un crime, on s’est étonné sur cette utilisation abusive du mot « crime » à la place d’un délit devant le parterre international.

Le cas du colonel Oumar Ould Beibacar a été soulevé, au début de la réponse du commissaire aux droits de l’homme et à l’action humanitaire, M.CHEIKH TOURAD OULD ABDEL MALICK dit que le colonel Ould Beibacar a commis un délit, il est sous contrôle judiciaire mais à la fin de sa réponse, il l’accuse d’avoir commis un « crime ». Toute la salle s’est regardée devant l’incohérence de tels propos.

En conclusion : le comité prévient le gouvernement Mauritanien, dans les prochains jours, il aura les recommandations finales, certaines ont un effet immédiat et d’autres non. L’effet immédiat veut dire l’obligation ou l’impératif nécessité à les appliquer.





















Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 3
Lus : 2455

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • hamadel (H) 05/05/2018 14:03 X

    comment le genocide negro mauritaniens est soldé et que personne ne soit au courant aujourd'hui àla face du monde on est reconnu comme etant un gouvernement qui tient sa survie par le mensonge,le complot,la coruption et ces derniere anneés le systeme est à bout de souffle meme le mensonge est fatigué de le servir

  • Berger Mbareck (H) 05/05/2018 10:44 X

    Le discours qui fait bruit à Nouakchott est le discours de félicitation de leur mission accomplit au niveau des droits de l’homme, ce qui est faux, à la lecture de leur feuille de route vous constatez la répétition venant des anciens discours, du copier-coller et écouter c’est tout, en plus de la nonchalance des mots qui résonne mal à l’oreille. Les Nations Unies doivent prendre des mesures coercitives contre ce gouvernement qui considère les Nations Unies comme une boite vide à résonnance théâtrale. Si les Nations Unies et les organisations des défenses des droits de l’homme continuent à écouter ces discours ridicules des esclavagistes, ils seront tenus pour responsable devant l’humanité de leur incompétence de ne pouvoir libérer au 21 siècle des hommes et des femmes qui souffrent très durs de l’esclavage en Mauritanie le seul au monde d’ailleurs à pratiquer l’esclavage comme commerce.

  • Ahmedounallah2009 (H) 05/05/2018 10:39 X

    Messieurs les membres du CRD, le gouvernement mauritanien n’a à faire avec vos recommandations et analyses, ils font exprès de maintenir l’esclavage pour en faire un commerce lucratif et une pression politique internationale, parce que l’agence TADAMOUN reçoit des milliards qu’il utilise pour des chefs de tribu et des chefs religieux esclavagistes, les esclaves bénéficiaires ne voient même pas la couleur du bâtiment ni de l’argent, aucun et aucune famille d’esclave n’a reçu un apport venant des Nations Unies ou autres institutions Internationale, ce qu’ils reçoivent est fait sur fond politique venant d’un chef de tribu qui aides les esclaves, faites le point sur le terrain vous serez déçu comme avant, mais aussi regarder les rapports précédents des autres rapporteurs des NU. Nous connaissons ce que fait TADAMOUN avec l’argent donné aux esclaves et avec les esclaves.