20-05-2018 09:29 - Nouakchott-Sud : Plus de 400 enfants hors-classes insérés dans l’école publique (DREN)

Nouakchott-Sud : Plus de 400 enfants hors-classes insérés dans l’école publique (DREN)

Tawary - Plus de 400 enfants déscolarisés ou n’ayant pas été à l’école, ou l’avaient abandonné ont été insérés dans l’école publique, et ont été répartis dans différentes écoles à Arafat, Riad et El Mina, dans le cadre d’une initiative lancée par la Dren-Sud en collaboration avec un groupe d’ongs et l’UNICEF.

C’est par la suite que la direction régionale de l’Éducation nationale de Nouakchott-Sud a décidé d’organiser une session de formation au profit des 80 enseignants (d’arabe et de français) en charge d’encadrer ses enfants.

Ces enseignants suivent depuis,ce samedi 19 mai, et pour trois jours une formation sur la pédagogie différenciée et la pédagogie co-participative afin de pouvoir gérer convenablement ses élèves. A la fin de cette formation, ils seront outillés de savoirs, de techniques spécifiques et de méthodes pour qu'ils puissent gérer les classes dans lesquelles sont enregistrés les enfants insérés.

A cette occasion, le DREN Mr Mohamed Saleck Ould Taleb, a fait part de la satisfaction de l’ensemble des acteurs autour de ce projet qui, est arrivé à enrôler environ 400 enfants âgés de 9 à 12 ans dans les classes.

Quelque 400 enfants hors-classes ont été enrôlés et inscrits dans les classes à la base d’une évaluation ont été évalués, a expliqué le DREN. La parfaite collaboration des différents partenaires dans la réussite de cette action a été qualifiée de "très louable", par le DREN.

Toutes les inspections de l’éducation dans la wilaya se sont engagées, pour accompagner la deuxième phase, en raison des résultats atteints par la première. L’impact de cette insertion sur la déperdition scolaire a été positif, du fait que nous avions le taux de déperdition scolaire le plus élevé, a-t-il noté.

Pour pallier à ce problème, un mécanisme a été mis au point, afin de faciliter les interactions entre les acteurs, en vue d’un impact positif sur les résultats, l’encadrement technique et pédagogique, s’est réjoui un formateur.

Selon le directeur régional, en plus des cours normaux, les enfants insérés suivent régulièrement avec leurs camarades des cours de soutien qui vont les permettre d’affronter les épreuves du concours d’entrée en première année de l’enseignement secondaire. Ces cours sont financés par notre principal partenaire l’UNICEF, a-t-il affirmé.

Devant les bénéficiaires de cette formation, le DREN a déclaré qu’il accorde une attention toute particulière à l’éducation des enfants issus de milieux sociaux et familiaux défavorisés et les autorités comptent promouvoir des partenariats spécifiques, si nécessaire pour lutter contre la déperdition scolaire.

Il a appelé les enseignants à faire face aux phénomènes de société complexes tels que l’exclusion sociale, la marginalisation ou la violence qui sont sources de déperdition scolaire. Plus tard un certain nombre de mesures d’accompagnement pour développer les « bonnes pratiques » pour l’intégration de ce genre d’ enfants à l’école seront étudiées, a-t-il martelé.

Par A.S



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 1318

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • cccom (H) 20/05/2018 10:16 X

    A propos de manque de l’enseignement des enfants en déperdition : Pour éradiquer l’extrémisme juvénile, décongestionner l’Etat et envisager d’exporter dans le monde à partir de 2028 plus de 20.000 docteurs/an trilingues en toutes spécialités,âgés au plus de 20 ans, la Mauritanie peut généraliser dans le pays dés ce 15 juillet 2018 le systéme pédagogique Cerveaux des Oasis de Maaden El Ervane novateur, intensif et gratuit réducteur des cursus scolaires de 50 à 70%. Un système qui m’avait permis de produire gratuitement à partir d’une seule école primaire d’Oasis enclavée durant 11 années successives (1998 -2008) un nombre d’admis au Bac supérieur aux admis de 100 écoles primaires voisines à Aoujeft, Chinguetti et Ouadane qui appliquent le systéme public actuel archaïque destructeur, sans cri d’alarme de l’avenir de 90% des jeunes du pays. Je prie le Président de ma République d’ inviter nos cadres militants d’engager l’ouverture immédiate (en juillet 2018 pour réaliser 2300h/an au lieu de 700 h/an)) de 1000 écoles primaires pour les Enfants de 5 à 6 ans au coût de 1000.000.000 UM/an c’est à dire 100.000 UM par école/mois et dans tous les quartiers et villages du pays ) que n’importe groupe de cadres conscient de chaque localité ou quartier peut volontairement mobiliser sans faire appel la planification de l’Etat. cheikhany_ouldsidina@yahoo.fr