23-05-2018 14:51 - L’étau se ressere autour du gouvernement mauritanien : les professeurs et les médecins en grève…

L’étau se ressere autour du gouvernement mauritanien : les professeurs et les médecins en grève…

Adrar-Info - Le gouvernement mauritanien commence à subir l’effet du lourd étau qui se resserre de plus en plus autour de lui, en raison du large mouvement de protestation contre sa gestion du pays.

Mardi soir, des dizaines de professeurs de l’enseignement supérieur, qui coopèrent avec l’Institut supérieur d’études et de recherches islamiques, sont sortis dans une manifestation de protestation, devant le palais présidentiel, au centre de la capitale Nouakchott.

Ils exigent des autorités au pouvoir, l’amélioration de leur situation misérable – selon les slogans qu’ils brandissent. Les protestations des professeurs interviennent concomitamment, avec l’entrée d’une autre grève ouverte, impliquant tous les médecins en Mauritanie, dans sa troisième semaine, sans que le bout du tunnel de sa fin ne pointe à l’horizon.

Les manifestants en Mauritanie partagent une revendication commune. L’amélioration des conditions de vie et de travail et la prise en compte des conditions de vie difficiles.

Source : https://www.anbaa.info/?p=41343

Traduit par Adrar.Info



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 2
Lus : 2249

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • doudou19 (H) 23/05/2018 18:19 X

    Si les choses continuent dans ce sens c'est tout le peuple qui entamera une grève pour mettre à genoux tous ceux qui n'exécutent pas les enseignements du Président de la République. Dans ce tiraillement c'est le peuple qui en souffre le plus. Les gouvernants ne se soignent pas en Mauritanie; donc ils s'en foutent éperdument. Les Dr continueront à travailler dans leurs cliniques. De ce fait, le gouvernement est entrain de sanctionner les malades parmi les populations pour rien. Il suffit de réviser la grille salariale pour tout le monde. Les richesses le permettent du moment où on veut payer un médecin tunisien à 3000 Euros et le technicien à 1250 Euros. Bonjour le patriotisme et la citoyenneté de nos vaillants GOUVERNANTS.

  • cccom (H) 23/05/2018 15:35 X

    Etant donné que le système pédagogique Cerveaux des Oasis de Maaden (avait donné gratuitement dans le terroir plus de bacheliers à cursus réduits de 50%) que 100 Oasis voisines à Aoujeft, Chinguetti et Ouadane et durant 11 ans successifs de 1998 à 2008, il revient à l’Etat de vulgariser ce système pour assurer un excédent de cadres. En cas de besoin. Projet éducatif qui doit être accompagné d’une politique de l’emploi. Subsidiaires clés en moins comme martelée dans mes 40 lettres ouvertes au Gouvernement.cheikhany_ouldsidina@yahoo.fr