24-05-2018 08:30 - Francophonie : Macron "soutient" la candidature de la ministre rwandaise des Affaires étrangères

Francophonie : Macron

Europe1 - La candidature de Louise Mushikiwabo, ministre rwandaise des Affaires étrangères, a trouvé un écho favorable mercredi auprès du chef de l'État français.

Le président français Emmanuel Macron a déclaré mercredi son soutien à la candidature de la ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, à la tête de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF).

"La ministre des Affaires étrangères du Rwanda a toutes les compétences pour exercer en effet cette fonction. Elle a une maîtrise parfaite de la langue française (...) Avoir une candidate (...) est une très bonne nouvelle, à ce titre je la soutiendrai", a déclaré le président lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue rwandais Paul Kagame qui lui aussi s'est dit favorable à une candidature de sa ministre.

Macron se rendra au sommet de l'Union africaine en juillet en Mauritanie

Emmanuel Macron a annoncé mercredi qu'il se rendrait au prochain sommet de l'Union africaine organisé début juillet en Mauritanie, à l'issue d'une rencontre à Paris avec son homologue rwandais Paul Kagame, président en exercice de l'UA.

"Je me rendrai dans quelques semaines au sommet de Nouakchott", a déclaré le chef de l'État, après s'être entretenu avec le président du Rwanda, invité à l'Élysée pour la première fois depuis 2011.

Emmanuel Macron a par ailleurs dit "assumer la complexité" des relations entre les deux pays, extrêmement tendues depuis le génocide de 1994 au Rwanda.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Europe1
Commentaires : 1
Lus : 908

Commentaires (1)

  • habouss (H) 24/05/2018 12:38 X

    Une bonne opération française en faveur d'une francophonie moribonde depuis le départ de Abdou Diouf. Cette femme de caractère saura remettre le train en marche et son action sera un tremplin pour le retour de la France dans ce pays meurtri par le génocide en 1994 des Tutsi et des Hutu modérés. Rappelons qu'à ce jour la France n'arrive pas à se laver de l'accusation de complicité avec les génocidaires.