17-06-2018 15:25 - Mauritanie: les anciens réfugiés au Sénégal pas tous rétablis dans leurs droits

Mauritanie: les anciens réfugiés au Sénégal pas tous rétablis dans leurs droits

RFI - Les anciens réfugiés mauritaniens au Sénégal qui ont regagné leur pays, après des années d’exil consécutives aux violences de 1989, n’ont pas tous été rétablis dans leurs droits.

C’est le cas de milliers de paysans du Brakna, une des régions de la vallée du fleuve Sénégal. Leur situation fait actuellement débat à l’Assemblée nationale mauritanienne entre l’exécutif et le législatif. Le débat a été suscité par une question orale adressée au gouvernement via l’Assemblée nationale par l’un des parlementaires de la région du Brakna sur la situation de ces anciens déportés.

« Ce sont des gens qui ont été expulsés lors des malheureux événements de 1989, nous explique Moctar Sow. Ils étaient partis au Sénégal, maintenant ils sont revenus en Mauritanie mais n’ont pas pu récupérer leurs terres qui sont leur source de vie. Au nom des accords, il était prévu que ces gens récupèrent leurs terres ».

Venue s’expliquer devant les députés, la ministre de l’Agriculture, Mme Lemina Mint El Ghotob Ould Momma, a préféré pointer les efforts du gouvernement en matière de mise en valeur des terres au profit de tous, y compris des anciens réfugiés. « Nous avons déployés d’énormes efforts ces dernières années pour accroître la production. Nous avons multiplié les aménagements agricoles en vue d’exploiter toutes les superficies cultivables afin de relever le niveau de vie des populations ».

En avril 1989, un conflit frontalier a éclaté entre la Mauritanie et le Sénégal dégénérant en violence ethnique. Quelque 60 000 Mauritaniens ont fui vers le Sénégal et le Mali, selon le HCR.

L'insertion de ces ex-réfugiés, les populations qu'évoque le député Sow, est prévue par l’accord tripartite de rapatriement signé en 2007 par les gouvernements du Sénégal, de la Mauritanie et le haut-commissariat des Nations unies aux Réfugiés. Cet accord, qui devait permettre le retour de quelque 24 000 réfugiés mauritaniens, n’a toujours pas été appliqué intégralement.

► pour aller plus loin: L'accord tripartite sur le retour des réfugiés mauritaniens (HCR)



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : RFI
Commentaires : 1
Lus : 1128

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • Hamady Barry (H) 17/06/2018 18:09 X

    C'est dommage que ces rapatriés continuent de vivre dans la misère sans récupérer leurs terres, sources de vie. Le Député Sow a fait son devoir de représentant des populations qu'il représente. Nous lui souhaitons longue vie et de prospérité. Les populations attendent la fin de cette stratégie qui a longtemps duré. J'espère que la mission parlementaire demandée par l'honorable Sow sera effective un jour. En tout cas nous avons besoin d'élus qui se soucient de leurs électeurs. Chapeau à Sow, bien que je soit un Barry