25-07-2018 19:45 - Mauritanie : L’OMCT et la FIDH, contre l’entrave à la liberté de mouvement de 5 défenseurs des droits humains

Mauritanie : L’OMCT et la FIDH, contre l’entrave à la liberté de mouvement de 5 défenseurs des droits humains

Alakhbar - L'Observatoire pour la protection des défenseurs des droits humains, un partenariat de l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT) et de la FIDH, appellent les autorités mauritanienne dont le président Mohamed Ould Abdel Aziz à intervenir de toute urgence sur l’entraves à la liberté de mouvement et d’association de cinq défenseurs des droits humains que devaient participer à la 64ème session du CAT.

L’Observatoire affirme avoir été informé des entraves à la liberté de mouvement et d’association de Mme Maimouna Alpha Sy, secrétaire générale du Collectif des veuves, Mme Aissata Anne, vice-présidente du Collectif des veuves, Mme Aissata Diallo, porte-parole du Collectif des veuves,

M. Sy Yaya Ousmane, chargé de relations extérieures du Collectif des orphelins, et M. Baba Traoré, vice-président du Collectif des rescapés, alors qu’ils devaient participer à la 64ème session du Comité contre la torture des Nations unies (CAT) à Genève (Suisse).

Selon les informations reçues, le 22 juillet 2018, les cinq défenseurs des droits humains ont été arrêtés par la police à l’aéroport international d’Oumtounsy, où ils devaient s’embarquer pour Genève pour participer à la 64ème session du Comité contre la torture des Nations unies (CAT), devant lequel le deuxième rapport périodique de l’État mauritanien est actuellement examiné.

La police a confisqué leurs passeports sous prétexte de vérifier les visas apposés, juste après que les défenseurs avaient effectué les formalités d’embarquement, et a demandé aux défenseurs de produire une lettre des autorités consulaires suisses du Sénégal attestant avoir effectivement délivré ces visas.

En raison de ces retards, les défenseurs n’ont pas pu s’embarquer sur leur vol et ont raté la session de révision de la Mauritanie, qui a eu lieu du 23 au 25 juillet 2018.

Les cinq défenseurs étaient pourtant en possession régulière de leurs visas Schengen ainsi que d’une lettre d’invitation de la part de l’OMCT qui expliquait le but de leur voyage.

L’Observatoire condamne fermement cette entrave à la liberté de mouvement et d’association de Mme Maimouna Alpha Sy, Mme Aissata Anne, Mme Aissata Diallo, M. Sy Yaya Ousmane et M. Baba Traoré, qui ne vise qu’à sanctionner leurs activités de défense des droits humains ainsi que leur participation au Comité des Nations unies contre la Torture.

L’Observatoire appelle les autorités mauritaniennes à mettre un terme à toute forme de harcèlement à l’encontre de Mme Maimouna Alpha Sy, Mme Aissata Anne, Mme Aissata Diallo, M. Sy Yaya Ousmane et M. Baba Traoré et de l’ensemble des défenseurs des droits humains en Mauritanie et à garantir leur droit à la participation aux mécanismes internationaux de protection et promotion des droits de l’Homme.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 1232

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • doudou19 (H) 25/07/2018 22:54 X

    Que veut-on de plus que ce que l'Etat sous Aziz a fait pour clore ce douloureux dossier; à savoir: la reconnaissance de l'Etat de sa responsabilité, devoir de mémoire, demande de pardon, indemnisations et signature d'un protocole avec les ayants droits excluant tout recours à des juridictions nationales ou organisations étrangères. Pourquoi ne cesse t-on de chercher le beurre et l'argent du beurre? Un commerce juteux apparemment les cousins.