20-08-2018 09:29 - Entre ambiance de campagne électorale et souci de la fête

Entre ambiance de campagne électorale et souci de la fête

Le Calame - La campagne pour les élections municipales, régionales et législatives a été lancée le 17 août dans une atmosphère morose. C’est le moins que l’on puisse dire. On le pressentait quelques jours avant le démarrage officiel. Rares sont des formations politiques engagées qui étaient prêtes pour la bataille.

Un candidat à la maire nous demandait si le gouvernement allait contribuer à la campagne. Résultat, au lendemain de l’ouverture, seul le portrait d’un candidat était placardé sur le tronçon poteaux – carrefour Foire. Il était même difficile de dénicher les sièges de campagne.

L’engouement n’était pas perceptible chez les populations préoccupées qu’elles sont par les aléas du moment. En effet, ce lancement intervient quelques petits jours avant la fête d’Aid El Kebir, communément appelée la fête du mouton dont l’évocation du seul nom fait frémir les chefs de familles. A en croire les différents chiffres concordants, le bélier couterait au bas mot, entre 40 et 60000 Um.

Avec une situation économique et sociale particulièrement rude, des prix qui ne cessent de grimper, des salaires dérisoires et qui n’augmentent pas depuis longtemps, imaginez le calvaire que s’apprêtent à vivre des chefs de familles qui ont fait face, il y a deux mois aux dépenses du mois très coûteux de Ramadan et de sa fête. Un mécanicien qui a fait le tour du marché de bétail, le dimanche dernier raconte que les prix ne sont pas à la portée de n’importe qui.

Et d’ajouter que les moutons facturés à 40000 um sont de très petite taille. Cette flambée était prévisible parce que le kg de viande de mouton est passé de 2000 Um à 2400 Um.

Comment voulez-vous, dans ces conditions que ces pères et mères aient le cœur à la fête ? L’état ne fait aucun effort pour réguler le marché du bétail et des produits de première nécessité.

Le programme Emel dont on nous vante les mérites ne contribue que très faiblement à soulager les maigres bourses des démunis. Entre une campagne dont les enjeux restent encore flous et les soucis du quotidien, le choix est vite fait. Dès à présent, on peut se demander comment les mauritaniens aborderont ces échéances.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 0
Lus : 947

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)