30-08-2018 18:00 - Le président Aziz s’en prend aux islamistes qualifiés d’extrémistes

Le président Aziz s’en prend aux islamistes qualifiés d’extrémistes

Sahara Medias - Le président Mohamed O. Abdel Aziz s’en est pris vivement aux activistes des partis partisans de l’islam politique les accusant d’extrémistes décidés à arriver au pouvoir par les armes en cas d’échec politique.

Le parti union pour la république fortement soutenu par le président Mohamed O. Abdel Aziz, est en concurrence avec le parti Tewassoul, arrivé second lors des dernières élections législatives en 2013.

Ce parti d’obédience islamiste dispose d’une vaste base populaire qui fait de lui l’une des plus importantes formations politiques engagées dans les élections législatives, locales et régionales prévues le 1er septembre.

Le président O. Abdel Aziz, qui s’exprimait lors d’une conférence de presse dans la nuit de mercredi à jeudi a déclaré que « les islamistes qui font de la politique et qui portent des cravates peuvent porter les armes s’ils n’arrivent pas à réaliser leurs objectifs politiques ».

Il s’en est vivement pris aux frères musulmans qui ont été, selon lui, à la destruction de pays arabes plus forts et plus riches que la Mauritanie.

Depuis quelques jours déjà le président O. Abdel Aziz évoquait la participation aux élections de septembre d’extrémistes, qui se sont avérés par la suite les islamistes en plus des extrémistes racistes, allusion aux organisations des droits de l’homme et enfin les partisans des anciens régimes, moins dangereux, selon O. Abdel Aziz que les autres.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 1423

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • Bertrand (H) 31/08/2018 09:34 X

    Sans être partisan d'une certaine forme de surfer sur le sentiment religieux pour arriver au pouvoir, je pense, néanmoins que cette accusation du Président : « les islamistes qui font de la politique et qui portent des cravates peuvent porter les armes s’ils n’arrivent pas à réaliser leurs objectifs politiques » s'applique à tout le monde, y compris à ceux que la nation a armé pour pointer leurs armes vers un éventuel danger extérieur (en priorité). Tous ceux qui ont un pouvoir et qui sacahant que les dès sont orinairement pipés sont tentés de l'utiliser pour arriver au pouvoir, comme l'a fait à deux reprise notre cher président auquel nous souhaitons un 3ème mandat paisible, au cas ou il s'y accrocherait. Réellement entre la dictaure de l''armée et scelle de l'argent (souvent mal acquis) la première est moins pernicieuse, parce que sur la défensive puisqu'à contre courant, elle est mieux surveillée et plus responsable. pendant ceux qui ont l'argent n'ont très souvent jamais eu le temps de se former à quoi que se soit et comme des commerçants ataviques ils sont près à tout monnayer pour accéder au pouvoir.