30-03-2020 21:20 - Du confinement à la séquestration

Du confinement à la séquestration

Mamadou Kalidou BA - Je fais parti des Mauritaniens qui sont arrivés à Nouakchott par le vol Air France du 16 mars 2020. Très content d’avoir pu rentrer chez moi, même après une mission d’enseignement et de recherche écourtée. Content de n’avoir été isolé par la fermeture des frontières causée par la pandémie du Covid 19. Arrivé à l’aéroport Charles De Gaule, on nous a informés que la Mauritanie avait décidé de mettre en isolation tous ceux qui viendraient de la France à compter de ce jour.

Air France informait ceux qui ne souhaitaient pas cette isolation à l’arrivée, être disposée à rembourser sans frais l’intégralité de leur billet.

Alors qu’autour de moi certains protestaient, moi j’étais plutôt content de cette nouvelle, car un jour plutôt, j’avais informé ma famille que je devais rentrer plus tôt que prévu, mais que j’envisageais de me mettre en isolement pendant les deux semaines attestées par les scientifiques comme le temps maximal d’incubation du virus covid 19. Ceci pour protéger ma famille et tous les Mauritaniens d’une potentielle contagion au corona virus.

C’est donc vers 18 heures que notre avion atterrit à l’aéroport Oum Tounsi de Nktt. Nous fûmes transportés dans des bus, sous escorte de la police et répartis dans des hôtels de Nouakchott. J’ai été déposé, par hasard, à l’hôtel Ziwanya, non loin de l’hôtel Atlantique. Depuis, notre confinement s’est déroulé plus ou moins bien. En tout cas, contre mauvaise fortune, les confinés que nous sommes avons mis du bon cœur.

Notre confinement était censé se terminer le 29 mars à minuit. Le médecin qui nous rendait une visite quotidienne nous informa que nous allions pouvoir rentrer chez nous le lendemain matin. On nous fixa d’abord 10 h, puis 12h puis l’intervalle entre 12h 30 et 15h. Tous ces rendez-vous se sont avérés être des mensonges avérés. Lorsque nous nous agitâmes pour être fixés sur notre sort, on nous dit qu’un retard dans le déroulement des cérémonies (car il s’agissait d’opération de communication…)serait à l’origine de ce retard et que c’est seulement à 18h que la « commission » arrivera chez nous. On nous assura que la commission se chargera de déposer chacun de nous chez lui, pour nous éviter de contrevenir au couvre-feu.

Mais à 18h, nous nous rendîmes comptes de l’évidence : les autorités sanitaires et sécuritaires responsables de notre confinement étaient entrés dans une dynamique mensongère dont ne savions quand elle allait finir.

Nous sommes presque tous descendu à l’accueil de l’hôtel pour demander à être libérés et rentrer chez nous, pour observer comme tous les Mauritaniens, un confinement avec les nôtres. Contre toute attente, alors que nous attendions un interlocuteur, des explications, la porte d’entrée de l’hôtel nous fit fermée. La gendarmerie se pointa là, menaçante, nous intimant « l’ordre » de rentrer dans nos chambres. Ceux qui se laissèrent intimidés y allèrent, moi je refusais. Au moment où j’écris ce texte, je suis sous la menace d’une violence de la gendarmerie.

Dès lors, chers compatriotes, sachez que nous qui sommes isolés à l’hôtel Ziwanya, sommes depuis hier (29 mars 2020) et plus encore depuis ce matin 30 mars, non pas des confinés, mais bien des séquestrés, des prisonniers d’Etat. A ce titre, moi Ba Mamadou Kalidou, lance un appel à toutes les organisations de défense des droits humains, à tout Mauritanien épris de justice à voler à notre secours.

Oui, nous sommes maintenant retenus en dehors de toute raison valable contre notre volonté en violation flagrante de nos droits élémentaires de citoyen.

Mamadou Kalidou BA
, professeur à l’Université de Nouakchott.

Nouakchott le 30 mars 2020





"Libre Expression" est une rubrique où nos lecteurs peuvent s'exprimer en toute liberté dans le respect de la CHARTE affichée.

Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.


Commentaires : 12
Lus : 5806

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (12)

  • Marier01 (F) 03/04/2020 07:46 X

    il y a des Contradictions assez importantes, pourquoi confiné juste des passagers d’un seul vol aérien et permettre à la population d’aller à la mosquée 5 fois par jours ,,,,?,,, Et de reste, ces personnes devraient être libérées à présent des hôtels, la période nécessaire ayant été dépassée. Maintenant ils risquent des problèmes sanitaires d’hygiène......et physcologiques

  • Belphegor (H) 02/04/2020 11:39 X

    Plus les jours passent et plus j'ai l'impression que ce professeur veut exploiter son cas a des fins politiques, Kaaw Toure des Flam a déjà commence de son cote a le faire recuperation en aiguisant la fibre motive d'une certaine frange de la population.

  • observateurseulement (H) 31/03/2020 10:38 X

    Jeune, un Ba, professeur d'université, pas peur de l'état et de sa gendarmerie ! Mais CORONA VIRUS, encore inconnu incompris, a réduit au silence les rois, les présidents et toute la pacotille en dessous ; nobles et castés, jeunes et vieux , grands intellectuels et analphabètes Ce machin venu d'en haut, très EN HAUT, a coupé toutes les langues et seules celles qui répètent LA ILAHA ILLA ALLAH ont désormais la parole. Tu n’s pas remarqué le terrorisme et la lutte contre le terrorisme sont oubliés ? Il ‘y a plus de droits de l’homme ni de femmes parce qu’il n’y a plus d’homme ni de femme ! Ce professeur appelé coronavirus est là pour nous apprendre à rester modeste revenir au CREATEUR. Tiens, il n’y a même plus d’athée. Il faut plutôt exiger un contrôle pour savoir si tu n'es pas ‘’coropositif ‘’ avant de renter à la maison, Rappelle- toi de l’homme venu de France un jour avant toi et qui a contaminé sa femme et de la femme décédée juste avant la fin de ce que tu appelles séquestration.

  • Farica (H) 31/03/2020 07:36 X

    Tais toi et reste chez toi!!!

  • kalidou gueye (H) 31/03/2020 04:16 X

    Le probleme est que notre gouvernement nous ment. Il nous cache beaucoup de chose et la situation est certainement plus que grave. 5 cas c est a voire, je pari que nous sommes a une centaine

  • alaska (H) 31/03/2020 02:26 X

    Le coronavirus c'est quoi? j'entend toujours parler ça à la télé. et ça fait quoi?

  • kangourou (H) 31/03/2020 00:22 X

    Pourquoi retenir les gens après la période d’incubation ? Je ne comprends pas, peut-on m’expliquer ?

  • mdmdlemine (H) 31/03/2020 00:17 X

    Omzo Lo (H Non il est venu le 16 mars j'ai compté avec le doigt comme une vendeuse de poisson et j'ai trouvé que la période de confinement de 14 jours REVOLUS prend fin ce lundi à 00h dont si Kalidou rejoint demain la famille, il aura juste été plus pressé que le confinement, puisqu'en laissant parti le lundi il aura fait 13 jours d'où le risque de contamination Dommage que les actions de l'Etat, certes parfois frustrantes sont toujours mal vues même les plus excellentes surtout quand elles sont jugées par des intellectuels censés discerner la graine de l'ivraie

  • Omzo Lo (H) 30/03/2020 22:31 X

    Cher professeur, La période d'incubation est de 14 jours selon les spécialistes, donc votre rétention au delà de 14 jours reste du folklor étatique. Ils veulent montrer à l'opinion publique nationale et internationale qu'il respecte les principes de confinement alors que celui-ci est fini pour vous si vous ne présentez aucun signe annonceur de la maladie..

  • mdmdlemine (H) 30/03/2020 22:31 X

    Je comprends ta crise de nerfs aprés 14 jours sans retrouver la famille mais c'est dans ton intérêt, celui de ta famille de ta communauté et de tout le pays Demain tu retrouveras collègues, épouse, enfants et amis tout en étant certain que tu n'es pas contaminé et tu oublieras ces reproches fait à l'administration contrainte par moments d'user par la force en raison de notre incivisme et notre indocilité ainsi que notre arrogance face aux consignes Tu n'es pas seul, donc c'est n'est individuel, n'est pas racial mais une mesure collective qui mérite plutôt d'être saluée Comme tu dois le remarquer tous les commentaires déjà donnent raison à l'Etat parce qu'il ne faut pas rendre de risquer mortel et devastateur de laisser le virus passer les yeux ouverts Et puis le confinement chez soi n'est pas probant car c'est dangereux tous nos respects

  • medabdul (H) 30/03/2020 21:54 X

    hé reste tranquille;tu n'est pas seul dans cet hôtel.

  • CLNMYN (H) 30/03/2020 21:39 X

    Cher prof c’est pour ton bien et ta famille que tu doit reste a l’hôtel tant que il y a un risque nous devons suivre les recommandations des médecins comme a la fac suivre les recommandations du prof