28-04-2020 15:10 - Mauritanie : Des mesures précoces ont eu raison de la COVID-19

Mauritanie : Des mesures précoces ont eu raison de la COVID-19

SciDev - Avec six guérisons et un décès pour ses sept cas, le pays n’a plus de malade de COVID-19 depuis le 18 avril.

La riposte a commencé avant la confirmation du premier patient et s’est renforcée avec des restrictions. Si le pays n’a plus de malade, les mesures de précaution restent en vigueur pour éviter une résurgence.

La précocité des mesures prises par les autorités et la mobilisation citoyenne semblent avoir été les facteurs décisifs qui ont stoppé la propagation de la COVID-19 en Mauritanie qui est à ce jour le seul pays d’Afrique à se débarrasser de la maladie.

En effet, selon le ministère de la Santé, après savoir enregistré un décès et six guérisons pour un total de sept cas confirmés, le pays ne compte plus de cas positif depuis le 18 avril.

Pour expliquer ce succès, les spécialistes qui travaillent dans la riposte rappellent que le gouvernement avait activé le comité interministériel de veille dès le 28 janvier 2020, longtemps avant le premier cas qui s’est déclaré dans le pays au mois de mars.

« Les autorités sanitaires ont donc commencé par évaluer le risque de propagation en Mauritanie compte tenu de certains facteurs que sont le virus qu'on a du mal à circonscrire, la transmission qui est interhumaine et donc très rapide et la faible capacité des tests de diagnostics au début », indique Kelly Mamadou, virologue à l'Institut national de recherche en santé publique (INRSP).

“On ne pouvait pas se permettre d'avoir une propagation des cas communautaires, avec les ressources humaines et matérielles limitées que nous avons”, affirme Kelly Mamadou de l'INRSP.

Au fil des interventions à la télévision et sur les réseaux sociaux, les autorités sanitaires avaient alors présenté un plan de préparation et de riposte pour anticiper sur la prise en charge.

Selon un cadre du ministère de la Santé, cela s’est matérialisé dans un premier temps par une attention particulière à la situation de la maladie à l'international où on a vu des techniciens de la santé s’indigner de la réaction tardive de leurs gouvernements.

Un programme de sensibilisation pour informer la population a alors été engagé. Et avec l'apparition des premiers cas dans les pays frontaliers, le comité interministériel de veille est passé d'une à trois réunions par semaine. Les mesures aux points de passages frontaliers ont été renforcées et le personnel de santé et des outils ont été déployés.

Ainsi, fait remarquer Sidi Mohamed Abdel Aziz, médecin et membre de l’équipe de riposte au ministère de la Santé, la Mauritanie a pris certaines dispositions de prévention avant même la détection du premier cas au mois de mars 2020.

Pour cela, l'INRSP a vu son laboratoire de virologie renforcé pour être en mesure d'assurer le diagnostic moléculaire de la COVID-19. Cela s’est fait avec le concours de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

« Une fois cette étape passée, c'était au tour des équipes d'intervention rapide d'être mises à niveau avec pour rôle l'identification des cas, le suivi des cas contacts etc. Par ailleurs, un centre d'appel avec un numéro vert a été mis en place », indique Sidi Mohamed Abdel Aziz à SciDev.Net.

Analysant ce dispositif préventif, Kelly Mamadou rappelle que les pays durement touchés par le virus, en Europe notamment, l'ont été pour beaucoup à cause de la contamination communautaire. « On ne pouvait donc pas se permettre d'avoir une propagation des cas communautaires, avec les ressources humaines et matérielles limitées que nous avons », dit-il.

Stratégie


Ainsi, résume le virologue, la stratégie a donc consisté à mettre en place l'outil "définitions des cas", avec des éléments qui permettent de porter un diagnostic. Ceci consistait donc à apprendre à détecter les cas suspects.

« Ensuite, la cellule de coordination dite "comité interministériel" a permis de mettre en place des centres d'isolement, la mobilisation des ressources humaines et matérielles à l'aube de la détection du premier cas", précise Kelly Mamadou qui estime que les méthodes ainsi mises en œuvre par les autorités ont « sauvé » le pays d'une contagion communautaire.

Après l’apparition du premier cas dans le pays le 13 mars, les mesures se sont progressivement renforcées. Outre la fermeture des frontières du pays, les écoles, les restaurants et les marchés ont été fermés, un couvre-feu instauré et les rassemblements interdits, y compris la prière collective du vendredi. On est même allé jusqu’à interdire les déplacements entre les différentes régions du pays.

Selon les spécialistes interrogés par SciDev.Net, cette stratégie a été dictée parla faiblesse des ressources humaines en cas d’explosion du nombre de malades. Car, à en croire l’Ordre national des médecins, pharmaciens et chirurgiens-dentistes mauritaniens, le pays compte 691 médecins généralistes et spécialistes pour 4 millions d’habitants. Ce qui fait un ratio de l’ordre d’un médecin pour 5 789 habitants.

Tabara Mbodj, présidente de l'ONG Aiser qui soutient les enfants de la rue, affirme que « les mesures semblaient disproportionnées au début. Mais, au fil du temps, on s'est rendu compte que c’était un mal nécessaire ».

Elle en appelle au renforcement de la solidarité et des programmes d’accompagnement pour soutenir les plus démunis qui vivent mal le couvre-feu et la fermeture des commerces.

Même s’il n’y a plus de cas de COVID-19, Sidi Mohamed Abdel Aziz rappelle que la prudence doit rester de mise et que la distanciation sociale demeure « une attitude extrêmement nécessaire » pour éviter une résurgence de la maladie.

Par : Souleymane Djigo




Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 3
Lus : 1670

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • Bazooka (H) 29/04/2020 00:40 X

    Reveillons nous, s'il y aurait victoire a jubiler il serait relatif au nombre de malades pris en charges tout juste, le reste appartient a Allah. Si le pays est épargné par des cas de contamination, c'est Allah que revient la lounage au lieu de politiser...

  • chos (H) 28/04/2020 17:46 X

    L'action précoce de la réforme de l'enseignement proposée le 1er Juillet 2020 offre la gratuité et diplômes à cursus réduits à tous nos enfants.. L'indifférence actuelle du Gouvernement à notre étude du 15 Mars détruit plus de 90% de nos ressources juvéniles avec une perte de l'opportunité de gagner durablement 120 milliards UM/an aux Conseils Régionaux. cheikhany_ouldsidina@yahoo.fr

  • DocteurM (H) 28/04/2020 16:14 X

    Félicitations à tous les intervenants, il faut veiller et déployer tous les moyens pour garder notre pays dans un concombre sécuritaire vis à vis de ce COVID19. Il faut oeuvrer pour ne pas mettre à terre ce gain de temps, que nous envie le monde entier, dû à la promptitude de la mise en pratique de mesures barrières pertinentes.