23-12-2012 21:06 - Moi et mes 101 femmes !

Moi et mes 101 femmes !

Pour une fois, je quitte le monde de la politique et le tumulte de Nouakchott pour vous parler de moi. Oui, de moi, vous avez bien entendu. Non pas de ma vie qui-n’a-rien-de-particulièrement-intéressant- pour-être-étalée-ici mais de mon expérience avec les femmes !

Une séquence de vie quoi. J’avais un projet de livre à ce sujet. Un projet resté à l’état de projet après seulement l’écriture d’une dizaine de pages. Parce que s’il s’agissait de toucher un public mauritanien, c’était perdu d’avance.

Le titre était pourtant accrocheur. Je pensai à quelque chose comme « Mes 101 femmes ». Hé, n’allez pas me dire que c’est trop. J’ai quand même 47 ans et presque trente ans de vagabondage au compteur. En établissant la liste de mes conquêtes, j’ai été effaré par le nombre, ce qui m’a poussé à opérer une sélection. Out donc celles qui ne m’ont pas retenu plus d’une semaine.

C’est donc l’échelle du temps que j’ai choisi. J’ai pas voulu faire comme certains méchants hommes qui classent leurs conquêtes en fonction de critères pas catholiques du tout.

Ou plutôt pas musulmans, pour être honnête avec soi. Comme « j’ai fait », « j’ai pas fait » et des choses de ce genre. Tant pis pour ceux qui n’ont pas compris l’allusion. Maintenant, ces précisions faites, par où commencer ? Aleg, Boghé ou Nouakchott ?

Les trois villes qui ont constitué mon « parcours du combattant ». Bien sûr, qu’il y en a eu d’autres. Nouadhibou, Kiffa, Kaédi, Lyon, Adis Abeba, Bamako, Abidjan, Dakar, Tokyo. Mais dans ces cités où le séjour n’a jamais dépassé les trois semaines, il s’agissait de relations furtives. Moi et les femmes, c’est toujours des histoires qui commencent comme dans un conte de fée. L’étrange dans tout ça, c’est que toutes ces histoires ont pratiquement le même début mais jamais la même fin.

Même les deux plus « sérieuses », celles qui ont fini par des mariages sont le fait d’un hasard. Et oui, un hasard qui fait bien les choses. S’y ajoute aussi que ma plus grande passion, celle que je vis encore en succédanés, et que je réserve pour la fin, a commencé de la même façon. Avec Zey, par exemple, celle qui sera la mère de mes premiers enfants, c’est un ami fou d’elle qui est à l’origine de notre rencontre.

Elle avait tout juste 16 ans mais déjà des formes généreuses qui pousseraient n’importe quel homme, normalement constitué, à oublier cette recommandation de l’Islam qui interdit de parcourir une femme du regard. Mon ami qui était à ses premières manœuvres pour gagner la sympathie de Zey, était rudement concurrencé par un jeune lycéen qu’on trouva, cette nuit-là, avec elle debout dans un coin de rue, devisant de tout et de rien. Je me dis que c’était vraiment mal parti pour mon ami S. Après trente minutes d’attente qui me semblaient une éternité, je lui conseillai de partir.

Sur le chemin du retour, une irrésistible envie de revenir chez Zey me prit et, sans m’en rendre compte vraiment, je m’installe « comme chez moi », sur une natte étalée dans la vaste cour de celle qui, quatre ans plus tard, allait devenir ma femme. Je vous assure qu’avec moi tout est allé très vite. Quand Zey se décida enfin à quitter son lycéen, elle me trouva vautré sur la natte, avec l’insouciance de mes 23 ans. – Mais dis, pourquoi t’es pas venue nous voir, mon ami et moi ? – Pourquoi faire, je lui ai dit d’aller chercher ailleurs, répondit-elle à ma question qui, sans être un reproche, voulait entendre une réponse connue d’avance de la bouche de la jeune fille. Assise à côté de moi, elle ne vit pas venir mon geste, celui de l’embrasser sans crier gare. Elle ne protesta pas non plus.

C’était le début d’une vie à deux qui allait durer douze ans. Alors, amis mondoblogueurs, si ces frasques vous intéressent, faites-moi signe, je ferais l’effort de poursuivre. Il y’en a encore 100 à raconter. Juré!


Commentaires : 6
Lus : 4024

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (6)

  • aboumbom (H) 24/12/2012 11:18 X

    ANTIGABEGIE ! Le ridicule ne tue plus! on sermonne quelqu'un pour avoir profité d'un espace libre pour écrire ce qu'il pense alors qu'il y a des "luttes" beaucoup plus nobles à mener sur d'autres terrains. Mais le courage n'est apparemment pas la vertu première de ce "justicier".

    Aux autres je dis tout simplement que, comme dans tout récit de fiction, la réalité n'est jamais donnée comme telle. Comment imaginer un pauvre prof comme moi disposer d'un "harem" de 101 femmes? L'écrit n'était pas destiné à vous, lecteurs mauritaniens, et Cridem l'a posté sans que je le sache. Je suis en compétition - je l'ai dit - sur Mondoblog de RFI et j'ai vu que mes concurrents privilégient ce genre d'histoires qui leur fait gagner des points sur mon dos. Et bien, j'ai voulu moi aussi écrire "mon histoire".

    Je vois que vous êtes tombés tous dans le panneau. quant au barodeur, je ne réponds pas, sauf s'il se révèle à moi, on pourra alors échanger à visages découverts.

    SNEIBA

  • patata (H) 24/12/2012 10:38 X

    Bonjour,
    Si tu es croyant, tu devrais supplier Dieu de te pardonner, au lieu de te révéler publiquement avant le Jugement dernier. Ce morceau de sucre est unique pour toutes cent une différentes comme pour une unique et cent et une fois .

  • mohamed hanefi (H) 24/12/2012 05:12 X

    Dans ma jeunesse, je connu un "Atrouss" (un bouc), on l'appelait le atrouss de yacoub. Il passait son temps à faire les mêmes escapades. Le pauvres bouc, après maintes aventures, il ne savait plus est ce qu'il courait derrière sa mère, sa fille ou sa sœur. Quant à sa progéniture, il n'en savait absolument rien.

    La religion ne veut nullement vous couper vos appétits, mais garder une distance respectueuse entre vous et les animaux. Allah yehdik.

  • mdmdlemine (H) 23/12/2012 22:33 X

    Sneiba est un passionné des lettres et il a des compétences énormes dans tous les domaines sociaux et économiques. Il apporte des contributions positives sur des sujets présentés comme tabou pour mieux aider cette société stratifiée depuis des siècles par ses imperfections artificielles pour s'émanciper.

    J'ai bien apprécié son "Cheherazade" surtout que si pour cette histoire de mille et une nuit, il donne ici une une incarnation par ses "cent et une femme".

    Tous mes félicitations et mes respects pour ce apport qui permet à la Mauritanie de briser ses chaines qui la maintiennent dans l'ignorance

  • baroudeur (H) 23/12/2012 22:05 X

    Mohamed Sneiba hazii miride mahi thayibe. Evite de te mettre en avant dans tes articles mais surtout évite le Blin blin ! C'est malheureusement ton défaut. La modestie est la marque des grands hommes.

  • ANTIGABEGIE (H) 23/12/2012 21:47 X

    Nourdine
    Dites- moi, franchement, quel intérêt présente cet article pour être publié. Même pour son auteur ça ne sert à rien de publier une débauche de jeunesse et une inconscience d'un maure qui ne fait que courir entre les femmes.

    C'est de la gabegie de prendre une place du journal, de notre journal pour une perdre quelque minutes pour ceux qui décident de le lire.