29-01-2016 08:29 - VIDÉO. "Mijo wopata", le dernier vidéo-clip de Diam Min Tekky qui fustige la situation actuelle du pays

VIDÉO.

Culturim - Leur léthargie avait poussé à penser que le Collectif de rap, Diam Min Tekky, a mis en veilleuse son engagement qui a fait le nid de son succès. Et pourtant, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts dans leur pays.

A part quelques apparitions ça et là dans quelques villes européennes et une chanson intitulée "Presi yettu call ma" (2015) critiquant le pouvoir de Ould Abdel Aziz, "Awoune Shebabak"(2013) ou encore "Yeweende" (2014) qui ont sonné comme une vaine tentative de remonter sur la pente, rien de curieux qui puisse en valoir le détour. Et cela a duré presque quatre ans.

Le 22 janvier dernier, Diam Min Tekky a publié sur Youtube "Mijo wopata", leur premier vidéo-clip depuis "Komin Sekbé" qui date de 2010. La chanson "Mijo wopata" surfe sur le politiquement incorrect, de quoi susciter des commentaires chez les fans."Bon courage, le combat n’est pas encore fini", "Accrochez-vous, ça ira inchallah, on est avec vous" ou encore "Vous avez tout dit".

"Cette chanson est un cri du cœur pour dénoncer la situation que vit la Mauritanie et cela depuis des lustres", explique Diam Min Tekky résigné que rien n’ait changé au pays pour ne pas dénoncer l’oppression, l'injustice, la pauvreté, l’impunité, l’esclavage, comme l’illustrent ces mots très puissants : "La Mauritanie est pire que la Syrie/Il faut s’attendre à pire que ça".

Aux autres qui s’interrogent sur le Collectif de rap, Mar Ba, l’un des membres rassure : "On est là, on travaille, on fait notre musique, on essaie d'avancer dans la vie. Trop de projets aussi". Dans cette perspective, le Collectif compte réunir la diaspora mauritanienne à Bruxelles pour "parler des problèmes sociaux du pays aussi bien aux niveaux politiques économiques mais aussi culturels", souligne Mar Ba.

En parallèle, Diam Min Tekky travaille sur la sortie très attendue de son 3e album, après cinq ans de silence radio.

Par Babacar Baye NDIAYE

©Cridem 2016









Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 3
Lus : 5921

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • rahalas (H) 31/01/2016 18:36 X

    N'importe quoi...!!!

  • abouth (H) 29/01/2016 12:03 X

    Evoquer la «corruption» supposée du pouvoir en …corrompant ouvertement des artistes pour le dire, relève de la lâcheté politique et de la pire instrumentalisation politicienne. Les bénéficiaires de la gabegie d’antan, touchés dans leurs portefeuilles, en raison de la gestion actuelle du pays par le président Aziz, font feu de tout bois, pour faire infléchir l’Etat. Leurs pressions n’ont pour le moment produit qu’un seul effet parfaitement négatif: clochardiser certains artistes, en les transformant en médiocres politiciens (critiques acerbes) contre le drapeau national et les autres symboles de la république. Les mendiants de la gloire sur le dos de la dignité de leur pays, resteront à jamais des mendiants, indépendamment des miettes qu’ils récupèrent, en contrepartie de leur souillure indélébile.

  • abouth (H) 29/01/2016 11:45 X

    C'est une preuve de l'incapacité de l'opposition radicale mauritanienne: elle recourt à présent l'instrumentalisation politique des artistes, en les corrompant, pour faire pression sur le pouvoir. Pa