17-10-2017 16:51 - Mauritanie. Sécheresse: nouveau cri de détresse des éleveurs

Mauritanie. Sécheresse: nouveau cri de détresse des éleveurs

Le360 - Suite à une réunion d’analyse tenue dans la ville de Rosso (sud-ouest de la Mauritanie), l’Association pour la promotion de l’élevage en savane et au Sahel (APESS) lance un véritable cri de détresse face au grave déficit pluviométrique enregistré en Mauritanie lors de la période d'hivernage, à travers une déclaration rendue publique mardi 17 octobre.

«La situation pluviométrique, cette année en Mauritanie et dans les pays limitrophes du Sahel, est marquée par un déficit de pluies que nos éleveurs ont rarement vécu». A titre d’illustration, dans cette région du sud-ouest de la Mauritanie, les précipitations de l’hivernage 2016 ont à peine dépassé les 200 millimètres alors que la moyenne normale est de 700 millimètres.

«Un constat dramatique dans la mesure où cette zone abrite un cheptel évalué à près de 1 million de têtes: camelins, ovins, caprins, petits ruminants répartis sur six départements», soutiennent les membres de l'APESS.

Une situation qui aura des conséquences dramatiques pour les hommes et leur bétail. Ainsi, l'APESS prévoit «un mouvement massif de transhumance du cheptel vers le Sénégal et le Mali. Un exode qui sera sans doute immédiatement suivi par celui des populations, dépendantes des produits de ce patrimoine, vers nos centres urbains dans lesquels elles viendront constituer de nouvelles bouches à nourrir, mais aussi accroître la densité urbaine».

La déclaration de l’APESS souligne également le sort dramatique du cheptel resté dans la région, «notamment dans les zones de la Chemama-Walo, aux environs immédiats du fleuve Sénégal, qui faute de trouver d’autres espaces de pâturage libre, risque de se diriger naturellement vers les périmètres agricoles privés, souvent mal protégés et situés dans des zones inappropriées».

Face à cette situation, le gouvernement a annoncé depuis quelques semaines, la mise sur pied d'un Comité interministériel chargé d’élaborer un plan d’urgence qui est pris en compte dans une loi rectificative des finances adoptée la semaine dernière.

Dans la perspective d'une transhumance hors des frontières nationales, il convient de rappeler que la Mauritanie et le Sénégal sont liés par un accord qui l'autorise. Toutefois, il y a un peu plus d’une année, les autorités sénégalaises avaient demandé le départ du bétail mauritanien, notamment des chameaux «qui causaient un énorme préjudice à l’environnement».

Cependant, le début de réchauffement des relations diplomatiques entre Dakar et Nouakchott, après le froid persistant des dernières années, autorise à envisager une reprise à grande échelle de la transhumance du bétail mauritanien vers le Sud en cette année de grave déficit pluviométrique, notent les observateurs.

Un mouvement identique et peut-être encore plus massif du bétail mauritanien pourrait toucher le Mali.

Par notre correspondant à Nouakchott
Cheikh Sidya




Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Le360 (Maroc)
Commentaires : 3
Lus : 871

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • Mawdo1960 (F) 17/10/2017 22:40 X

    on tire sur les pecheurs senegalais et on demande aux Senegalais de sauver nos animaux menacer de famine....donc de destruction.....hahaha

  • Sidikader200 (H) 17/10/2017 19:18 X

    Aziz s'en fout de la détresse des éleveurs . Au lieu de préparer un plan d'urgence pour venir à la rescousse des populations, il mobilise toute la république pour assouvir sa vengeance contre les sénateurs qui ont osé voter contre ses amendements constitutionnels . Il instrumentalise de manière grossière la justice à cette fin et passer le temps adonner des ordres à des magistrats qui ont perdu toute crédibilité . Tout le reste ne l'intéresse pas même si les mauritaniens doivent crever de sécheresse et de famine.

  • ASSOCIATION MAIN PROPRE (H) 17/10/2017 18:02 X

    Le360 (Maroc) un site internet pour diffamation et injure