29-11-2017 09:12 - Mauritanie. Sept villages dénoncent des expropriations au profit d'un officier de l'armée

Mauritanie. Sept villages dénoncent des expropriations au profit d'un officier de l'armée

Le360 - L’accaparement des terres au détriment des petites exploitations familiales reste au centre d’une vive préoccupation en Afrique. Dans le contexte mauritanien, cette réalité est aggravée par une loi sur le foncier datant de 1983, adoptée sous un régime militaire d’exception, comportant des dispositions contestées et même totalement dévoyées en phase d’application.

Ainsi, régulièrement, des communautés dénoncent des expropriations foncières au profit d'individus fortunés et d'entreprises.

Dans une déclaration rendue publique le 20 novembre, un collectif de sept villages de la commune de Tekane, dans la région de Rosso, dénonce «une expropriation de ses terres suivie d’une attribution à un officier de l’armée nationale» Par ce biais, les communautés villageoises entendent «alerter l’opinion nationale et internationale sur l'attribution foncière abusive et non concertée avec les pouvoirs publics d’une zone pastorale désenclavée, qui fait vivre les troupeaux de nos villages et ceux des alentours, à un colonel de l’armée mauritanienne».

Le document dévoile l’identité de la personne mise en cause et fournit des repères géographiques sur la zone objet de litige, «une forêt classée jusqu’en 2009, qui fut par la suite cédée à une société émiratie et aménagée en périmètre agricole, au détriment des populations riveraines et avec des préjudices incommensurables».

La correspondance du collectif signale que «suite au retrait de l’entreprise à laquelle ces terres avaient été attribuées dans un premier temps, les populations riveraines avaient soumis aux autorités l’idée de transformer cette terre en zone pastorale, étant donné qu'elle est l’unique endroit où l’élevage peut encore se pratiquer sans risque de conflit avec les différents attributaires de terres aux alentours».

Les communautés affirment également avoir saisi par voie légale les autorités administratives et judiciaires compétentes pour arrêter les travaux d’aménagement en cours, mais ces démarches sont restées lettre morte.

Par ce courrier, les communautés villageoises entendent «mettre l’Etat devant ses responsabilités et interpeller une justice soucieuse d’un traitement égal de tous les citoyens devant la loi». Un ancien président de la Cour suprême de Mauritanie déclarait en 2015 que «38% du contentieux soumis à la haute juridiction porte sur les litiges fonciers».

Face au phénomène, des voix s’élèvent pour demander un moratoire sur les attributions foncières à usage agricole, et parmi elles le Forum des organisations nationales de droits de l’homme, un collectif d’une vingtaine d’ONG.

Par notre correspondant à Nouakchott
Cheikh Sidya




Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Le360 (Maroc)
Commentaires : 0
Lus : 2595

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)