20-09-2017 22:30 - Sécheresse en Mauritanie : Le pire est à venir

Sécheresse en Mauritanie : Le pire est à venir

L'Authentique - La Mauritanie se dirige vers une situation humanitaire grave à cause de la sécheresse. Au terme d’un hivernage catastrophique, le pire est à attendre. Exception faite d’une partie de l’est du pays, l’étendue du territoire national s’attend à la catastrophe.

La situation alimentaire dans le pays risque d’être des pires jamais connues. En effet, après une pluviométrie très insuffisante, la Mauritanie est sous le menace d’une dure sécheresse, « pareille » disent certains analystes, à celle des années 70 qui avait provoqué le plus grand exode rural jamais connu vers Nouakchott ».

Aujourd’hui, exception de quelques rares poches à l’est du pays, le territoire national n’abriterait pas de pâturage. Conséquence des retards des pluies hivernales et prémices d’une catastrophe sur les agriculteurs et les éleveurs dans la majorité des régions du pays.

En plus de la menace pesante sur les hommes qui compromet leur vie, le bétail et les champs souffrent déjà du déficit ou du retard des pluies. Côté Pouvoir, rien n’est encore fait pour pallier à la situation.

Côté, opposition, les réactions se sont fait entendre. Il s’agit d’bord de celle du FNDU qui a fait un constat des lieux avant de réaffirmer son « soutien à toutes les composantes de la population dont le bétail et les champs sont menacés par le déficit pluviométrique, dans une indifférence totale du régime, demandant aux citoyens de se mobiliser et de lutter pour obtenir le pouvoir qu’ils méritent ».

Il s’agit aussi de la sortie de l’UFP qui dans un communiqué distribué samedi, « accuse le gouvernement d’un désintérêt évident pour les régions de l’intérieur menacées par la sécheresse suite à un hivernage déficitaire ».

Pour le parti qui a réaffirmé son soutien aux populations, « le régime n’a autre chose pour occuper l’opinion publique que des interrogatoires et des arrestations arbitraires basées sur des allégations fallacieuses destinées à masquer l’échec électoral du régime en place lors du referendum autour des amendements constitutionnels ».

Il faut dire que la Mauritanie n’est pas au meilleur de ses formes ces derniers mois : au sortir d’un processus électoral qui a davantage précipité le pays dans sa crise politique et sociale, neuf de ses citoyens sont morts à cause d’intempéries, des villages entiers ont été détruits par les aléas climatiques.

Au même moment, la crise économique atteint des sommets, la population meurt de faim, de frustration, de chômage, de pauvreté ; la classe politique ne se retrouve plus.

Et le pire, est qu’au lieu d’agir pour venir au secours des populations perdues, et d’essayer de « panser » certaines plaies, le gouvernement s’engage dans une chasse aux sorcières –dans l’affaire Bouamattou-, certainement préjudiciable à la paix sociale dans le pays.

JOB



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 1800

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • Sidikader200 (H) 21/09/2017 05:44 X

    Organisations nationales et internationales, partis politiques et acteurs de la société civile, tout le monde tire la sonnette d'alarme pour se préparer aux conséquences d'une sécheresse qui s'annonce comme l'une des pires que le pays a connues ces dernières années . Seul , le gouvernement continue de faire la sourde oreille , plus préoccupé apparemment par le les règlements de comptes et la répression des sénateurs, syndicalistes, journalistes , hommes d'affaires qui ont fait capoter ses projets de modification de la constitution qui vise uniquement à permettre à Aziz de s'incruster au pouvoir après 10 ans de règne dont le bilan est catastrophique sur tous les plans. Si la faim et la décimation du cheptel qui frappe déjà une grande partie du pays s'ajoutent aux autres méfaits de la profonde crise qui secoue le pays , le pire est à craindre avec la présence de tous les ingrédients d'une explosion sociale imminente.